Fauconnerie Merlyn

 

Effarouchement des corneilles, corbeaux freux, choucas par la Fauconnerie Merlyn

 

Effarouchement Corvidés

La corneille, Corbeau freux, Choucas

 

La meilleure solution et la plus écologique est de déplacer en utilisant des rapaces la colonie de corvidés vers un endroit où elle ne gêne plus l’homme.

Pour des opérations pareilles d’effarouchement par la fauconnerie, les intervenants de la SARL Fauconnerie Merlyn n’utilisent que des oiseaux de grandes tailles comme la Buse de Harris altaï, la Buse à queue rousse et L’autour de palombe nordique en bas vol, et des faucons pèlerin peals et des faucons gerfaut en haut vol. Seulement en utilisant des rapaces de cette taille qui ne sont pas dangereux pour l’homme, on obtient un résultat satisfaisant et durable.

Après une campagne d’effarouchement par la fauconnerie, votre site sera libéré (dans le plupart des cas pour toujours) de ses envahisseurs intelligents, coriaces et souvent fort agressifs.

 

Les corvidés en général

 

Les corvidés constituent une famille de passereaux comprenant 25 genres et 130 espèces de corbeaux, corneilles, pies, témias et geais.

Les corvidés comptent (avec les perroquet) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d’intelligence, certains étant capables d’utiliser des outils, et d’en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d’entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards.

 

La corneille

 
effarouchement pigeons 1

La corneille est un oiseau qui se rencontre couramment à la campagne, mais également en zone urbaine. La corneille est plus grande que le corbeau freux et sa longévité serait d’une vingtaine d’années.

 

La reproduction des corneilles

 

La corneille noir vit en couple territoriaux quand elle est adulte, en bande pour les juvéniles. Sa période de nidification s’étend de mars à juin. Le nid, constitué de brindilles, est installé le plus souvent sur la fourche d’un arbre, mais on en voit aussi dans des structures métalliques et parfois même au sol. Elle pend une seule fois, jusqu’à une demi-douzaine d’œufs.

 

Les habitudes des corneilles

 

Très bien adapté aux écarts de température, et lorsque vivant près de zones habitées par l’homme (y trouvant plus facilement de la nourriture), certaines d’entre elles décident de ne pas migrer vers le sud en hiver.

Elle se nourrit surtout de cadavres, de petits animaux (en bord de mer, elle est capable de se nourrir de coquillages) et, en zone d’habitation humaine, de déchets. Elle pille également les autres nids.

 

Corbeau freux

 
effarouchement pigeons 1

Le corbeau freux, parfois simplement appelé « freux », est l’une des espèces de la famille des corvidés.

 

Le comportement des corbeaux freux

 

Les corbeaux freux sont des passereaux omnivores qui nichent en colonies. Il n’est pas farouche vis-à-vis de l’homme, et de nombreuses colonies de freux vivent et se reposent au voisinage immédiat des lotissements, souvent aussi dans les jardins publics des grandes villes, où leurs cris aigus et leurs excréments parsemant les trottoirs et carrosseries de véhicule sont ressentis comme une nuisance. Comme pour l’homme, la ville constitue pour le freux un lieu de ralliement pour passer la nuit en groupe, après une journée de recherche de nourriture dans les régions environnantes. D’autres part, les arbres des villes, notamment les platanes, sont parmi les arbres le plus hauts dans certaines régions, et sont protégés du vent et du froid par les bâtiments environnants.

Dans certaines métropoles d’Europe, les corbeaux freux ont formé des colonies hivernales d’une taille impressionnante. Les freux des villes ont un comportement particulier, adapté à la proximité de l’homme : la distance de vol à proximité des passants descend à moins d’un mètre, et l’abondance relative de nourriture diminue nettement la durée de la période d’activité. Plusieurs colonies d’hivernage s’installent à proximité des dépôts d’ordures et des déchèteries. Les jets de nourriture par l’homme ont aussi contribué au développement de ces énormes concentrations d’oiseaux. A cet égard, le freux s’avère volontiers casanier : des municipalités ont pu suivre des individus qui revenaient tous les ans dans la même arrière-cour ou le même coin de jardin public.

 

Le corbeau freux et l’homme

 

Les habitants se plaignent de son croassement strident, des poubelles crevées, des déjections corrosives sur les carrosseries.

L’activité diurne du corbeau freux commence environ une heure avant le lever du soleil, et finit très tard, si bien que les individus disposent encore de huit heures pour quêter de la nourriture, même au plus profond de l’hiver. Les freux vivent en bandes, forment même parfois d’importantes colonies. Ils dorment en groupe sur un même arbre. Très souvent les choucas, plus rarement la corneille se joignent l’hiver aux colonies des freux.

 

La reproduction des corbeaux freux

 

Le corbeau freux est mûr sexuellement dès la fin de sa deuxième année et les couples sont monogames persistants. La construction du nid commence au début du mois de mars, à la cime des feuillus en allées ou dans les champs. Les nids sont rapprochés les uns des autres, mais une interdistance d’au moins un mètre est généralement respectée. Pour perturber le prédateur naturel, souvent les freux construisent plusieurs nids, en moyenne trois. La couvée consiste en trois à six œufs. Elle sera couvée par la mère pendant 16 à 19 jours, tandis que le mâle se charge de la nourriture. Le nid est occupé environ un mois. Dans les dix premiers jours, le mâle s’occupe exclusivement de la nourriture, puis les deux parents s’y mettent. Devenus autonomes, les oisillons restent encore quelque temps sous la surveillance de leurs parents, avant de rejoindre une colonie de jeunes et d’occuper un territoire le plus souvent attenant à leur lieu de naissance. Il n’y a qu’une couvée par an, et ce n’est qu’en cas de perte d’une couvée qu’aura lieu une deuxième, voire exceptionnellement une troisième couvée dans l’année.

 

Choucas

 
effarouchement pigeons 1

Le choucas des tours, aussi appelé corbeau choucas ou corneille des clocher est une espèce d’oiseau de la famille des corvidés.

 

L’adaptation des choucas

 

Relativement peu farouche, le choucas fréquente tous les lieux où il peut trouver des cavités, même au voisinage de l’homme : ruines, carrières abandonnées, arbres creux dans les parcs.

 

La nidification des choucas

 

Les deux parents participent à la construction du nid assez sommaire.

D’avril à juin, la femelle pond de 3 à 7 œufs couvés de 16 à 18 jours. Les deux parents assument l’élevage des jeunes qui s’envolent à 1 mois. Le choucas peut atteindre une longévité d’environ 15 ans.

 

Les coutumes et la législation concernant les choucas

 

Comme la majorité des corvidés, le choucas est omnivore et que l’on peut rencontrer en bande avec les corbeaux freux et les étourneaux. Le soir, les choucas peuvent se rassembler par centaines pour passer la nuit dans les arbres-dortoirs.

En France, considérés comme « nuisibles » (en raison des plaintes des agriculteurs car ces oiseaux dévastent certain semis) mais aussi paradoxalement comme espèce protégée, les choucas des tours peuvent être abattus par les lieutenants de louveterie : après étude scientifique et avis du Conseil national de protection de la nature, il est aussi possible de demander la destruction de ces oiseaux, départements par départements.

 

<< Accueil Moineaux >>

 

merlyn logo

 
 
 

E-mail :

Sites web

E-Shop

Effarouchement

Dépigeonnage

Twitter